Anaëlle, esclave de Maître Phénix, Carnet intime d'une Soumise

lundi 22 août 2016

Doutes, craintes et difficultés du 24/7



Depuis que j'ai ouvert mon blog, j'ai parlé de la relation qui m'unit à mon Maître depuis le début de notre 24/7. Séances, interrogations sur mon envie de lui appartenir toujours plus, moments de bonheur...

Difficile de parler des ces moments qu'on préfère vivre seule où mes certitudes laissent place aux doutes. Car non la vie n’est pas toujours simple même pour une soumise et le 24/7 est une difficulté à lui seul.

J'ai lu avant notre départ en vacances un commentaire sur un forum expliquant que le 24/7 était un fantasme. Une petite phrase que j'aurais pu lire sans y prêter attention et qui m'a pourtant laissé bien pensive.

Il n'y a que quelques mois que nous l'avons commencé. Je me souviens encore de ce jour où après en avoir discuté avec mon Maître nous avons décidé de nous lancer. Mon besoin d'être tenue la journée, même en son absence devenait croissant. Je ne voulais pas me contenter de nos séances, elles ne me suffisaient pas, je voulais Lui appartenir davantage, qu'il me guide même en son absence.

Lorsque cette idée de vivre différemment est devenue réalité j'ai été submergée par l'émotion. J'allais certes vers mon Maître mais j'ai véritablement eu l'impression de perdre mon mari, comme si j'avais dû faire un choix. Ce n'est pas parce que j'aime être dirigée, obéir que je n'aime pas le mari aimant, attentionné, doux et câlin. Et mon Maître strict, directif avec lequel je ne partageais jusqu'alors qu'intensité et baise sans expression de sentiments et mon mari faisaient deux.

Le choix était pourtant fait et ce sont les larmes aux yeux que j'ai serré mon mari dans les bras, comme pour lui dire au-revoir avant d'entamer notre 24/7.

Celui-ci a commencé comme vous pourriez l'imaginer. Le "tu" a cédé la place au "Vous" en permanence même devant notre enfant. Mon Maître a mis en place des consignes pour la journée. Me faire faire des séances de sport, me faire écrire, me pousser plus loin dans certains échanges avec d'autres personnes et m'a montré que j'étais à sa disposition quand il en avait envie. Ainsi, il m a montré que j'étais à lui même en m'acquittant de la corvée courses en sa compagnie, en me demandant par exemple d y aller sans vêtement, en me retrouvant nue en extérieur, en portant pinces et bijoux pour les seins sous mes vêtements ou à la vue de tous à la plage, en me faisant m'agenouiller à ses pieds en public...

Je savais par avance que les vacances scolaires seraient difficiles. J'aime bien sûr que mon enfant soit à la maison et le rythme moins stressant des vacances. Mais les séances me manquent. Lors de nos vacances en juillet nous avons eu beaucoup de moments à deux et il m'a fait vivre des choses incroyables. Ces vacances nous ont permis de voir que nous pouvions avoir une relation câline, complice, s'amuser ensemble et utiliser le "tu" tout en allant plus loin.

C’est ainsi qu'à notre retour, j'ai à nouveau utilisé le "tu" pour le quotidien et le "Vous" pour les moments où je le sentais vraiment mon Maître. Il a à nouveau utilisé des mots doux et peu à peu j'ai eu l'impression de voir le Maître s'effacer.

Oui mais qu'en était il de notre 24/7 ? Avais-je le droit de vivre ces moments ? Des journées sans ordres, sans consignes, si ce n'est le rituel de notre coucher où je m agenouille chaque soir à ses pieds. Pour Lui nous étions heureux ainsi et il ne sert à rien de vouloir ressembler à une image d'une relation D/s. Pour lui l'important du 24/7 c'est que je suis à sa disposition 24h/24h et que lorsqu'il me demande quelque chose il trouve forcément sa soumise. Je n'ai selon lui pas besoin d'être poussée chaque jour, il me sufit de rester à ma place et de répondre à ses attentes.

Je ne sais pas s'il en de même pour les autres soumises mais ce relâchement a été très difficile. Peur de perdre tout ce que nous avions gagné et de revenir petit à petit à nos anciennes habitudes.

La semaine dernière, pendant nos vacances, je ne me suis pas agenouillée à ses pieds le soir. Il m'en a fait la remarque mais sans m'y obliger, me demandant juste d'éteindre la lumière. J'avais pourtant besoin qu'il me l'ordonne, qu'il ne me laisse pas partir dans mes doutes naissants, qu'il s'impose à moi, me recadre et me fasse sentir soumise.

Une goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Prise d'une angoisse que je ne pouvais réfréner, je me suis interrogée sur notre relation. Pour moi il était évident qu'il ne prenait plus autant de plaisir à être mon Maître, qu'il était heureux tel que nous vivions, qu'il n'en demandait pas plus. Et moi qu'est ce que je devenais dans tout ça ? Me suffisait-il de patienter jusqu'à son nouvel ordre pour me sentir totalement à ma place ? Étions nous vraiment en train de vivre un 24/7 ou ne voulait-on tout simplement pas dire qu'il était impossible de le vivre ?

Cette phrase que j'avais lue quelques semaines plus tôt disant que le 24/7 n'était qu'un fantasme, qu'il était difficile de le vivre vraiment, en raison du travail, des obligations familiales, des corvées quotidiennes inévitables me revint en tête. Je ruminais dans mon lit avec l'impossibilité de m'endormir pendant que lui s'était endormi. Rien de pire à ce moment là. Je me sentais seule avec mes préoccupations qui ne concernaient à priori que moi. J'avais peur de lâcher des mots que je regretterais ensuite mais le tourbillon infernal était lancé dans ma tête et je finis par dire que nous allions probablement arrêté notre relation là.

Mon Maître n'a pas compris ce qui arrivait. Pour lui je me pose trop de questions au lieu de me laisser simplement vivre. Il m'a rappelé que nous savions que ces vacances scolaires seraient difficiles puisque nous ne sommes jamais seuls.

Bien sûr il avait raison et après avoir disjoncté, je me suis dit qu'effectivement il me fallait faire preuve de patience et attendre jusque la rentrée, en refusant néanmoins de mettre une étiquette sur ce que nous vivons. A quoi bon vouloir à tout prix classer notre relation. 24/7 (parce que je suis à sa disposition en permanence) ou non (parce que nos journées ne sont pas faites que de domination et de soumission), peu importe au fond.
L'important est juste de vivre sereinement, de le sentir mon Maître et de me sentir sa soumise lorsqu'il le décide et comme il le décide.

Il a su me démontrer que mes doutes étaient injustifiés. Je lui appartiens.

9 commentaires:

  1. Bonjour ma petite marmotte,

    Comme je comprends les angoisses que tu as traversées, les envies et les besoins que tu ressens... et j'aurais aimé que tu ne les connaisses pas...enfin que tu ne connaisses pas les doutes et le manque.
    Le 24/7 existe, je pense, par contre son intensité, les pans de vie controlés, dirigés par le Maitre varient selon les goûts et les envies, et quand les envies/besoins du Maitre et de sa soumise ne sont pas tout à fait raccord c'est difficile à vivre... on a des périodes où c'est plus facile que d'autre.... il faut trouver un équilibre pour les 2 et faire preuve de patience encore et toujours... chacun ne fait pas son cheminement intellectuel à la même vitesse...

    Je te souhaite un bon retour chez toi et une bonne journée

    Bises

    Elenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir ma fidèle lectrice,

      Ah que c'est compliqué à trouver cet équilibre, il y a tant de paramètres extérieurs. Nous en demandons peut être toutes les deux beaucoup, trop peut être parfois, trop d'attentes et la peur que tout bascule quand elles ne sont pas comblées.

      Et on peut facilement se monter le bourrichon toute seule.

      Je te souhaite une très bonne soirée,

      A très vite,

      Bises
      Ta petite marmotte

      Supprimer
    2. et oui toujours fidèle au poste ! je me doutais que tu publierais aujourd'hui ;)

      c'est une certitude qu'on se monte trop le bourrichon mais ça c'est l'apanage des personnes anxieuses... alors soumise en plus et là on a le cocktail détonnant... je plains un peu nos Maîtres quand même lol

      Supprimer
  2. Chère Anaëlle,

    Tes questionnements sont légitimes, et hautement féminins. Par nature les hommes (et les Maîtres par extension) se posent moins de questions, et des questions différentes. Mais cela ne veut pas dire que c'est plus facile pour eux, juste différent.

    Le 24/7 est ce que vous en faites, ensemble. Il y aura toujours (ce n'est bien sûr que mon avis) des périodes de doutes ou de relâchement, pour l'un ou l'autre ou les deux. Mais il en sortira toujours une avancée. Ton Maître a raison, tu Lui appartiens, même quand le contrôle se relâche. Et petit à petit vous trouverez vos solutions pour vous accorder, ensemble, pour passer ces périodes avec de plus en plus de facilité.

    Merci à toi de nous avoir ouvert ton cœur Anaëlle.

    Sincèrement,

    élerinna, soumise de Maître Elendil

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir ma chère Elerinna,

    Je te remercie pour ton commentaire. Tu as très certainement raison, ces périodes reviendront, c'est inévitable, il faut apprendre à les gérer sans tout remettre en question. C'est après avoir lu ton blog que l'envie m'est venue de me dévoiler davantage. C'est tellement plus facile de dire quand ça va que quand ça ne va pas. Mais je me devais de l'exprimer et de le partager avec vous qui m'aidez aussi au travers de vos écrits.

    La roue tourne ;) mon Maître me revient.

    Je te souhaite une excellente soirée,

    Affectueusement,
    Anaëlle

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Anaëlle,

    C'est avec un grand plaisir que je viens de parcourir ton blog (tes 3 derniers posts en fait. J'ai du retard dans mes lectures !). Merci pour ce partage, ce morceau de toi et de tes pensées.
    Nous vivons toutes les mêmes passages difficiles apparemment. Je disais à mon Maître que la plus grande différence entre avant et après, c'est l'intensité. Nous vivons notre vie beaucoup plus intensément, et les émotions également. Comme si la vie était exacerbée, dans tous ses aspects. C'est à la fois magique et très perturbant.
    C'est étrange, j'ai la chance de vivre des séances magnifiques (merci à notre donjon !) et pourtant, je traverse également une période de vide concernant le 24/7. Finalement, ce ne sont pas les séances qui font la relation D/s, c'est bien plus que cela...
    En lisant tes autres posts, je suis heureuse de voir que ton Maître t'es revenue, et d'une façon si intense ! Ton nouveau bâillon m'intrigue... :-)

    Je te souhaite une très belle journée,
    Bises,
    Amazone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi un peu de retard, le temps me manque. Mais j'ai quand même lu pas mal d'articles pendant les vacances.

      C'est curieux que nous traversons toutes plus ou moins au même moment cette période difficile. Les vacances doivent vraiment y être pour quelque chose pourtant ce sont pas les premières.

      Je savoure chaque moment passé avec mon maître et je ne doute pas que je vais regoûter au bâillon cette semaine. Mais après ça fait très mal à la mâchoire !!

      Très bonne soirée ainsi qu à ton Maître,

      Bises
      Anaëlle

      Supprimer
  5. J'aime énormément la citation que vous avez mise Soumise, tellement vraie!
    Pour revenir sur le fond de votre message et cet événement, je poserai la question (ou l'affirmation) quelle capacité d'une soumise de tout remettre en cause rapidement alors que notre nouvelle vie nous rapproche tant! Certainement que c'est tellement bien que vous avez peur d'en avoir moins!:-) plutôt flatteur pour moi Lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Maître. J'ai souvent peur d'en avoir moins et de perdre ce que nous avons.

      Il suffit juste de voir comme je suis heureuse de Vous appartenir cette semaine pour comprendre ce dont j'ai envie.

      Je Vous aime Maître
      Votre soumise insatiable

      Supprimer