Anaëlle, esclave de Maître Phénix, Carnet intime d'une Soumise

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles :

Entrez votre adresse e-mail (n'oubliez pas de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par e-mail)

Delivered by FeedBurner

mardi 28 juin 2016

Petits mots doux - Partie 2



Avoir l'air vanille, réfléchir avant de parler, bien penser qu'il faut dire "tu", quelques "vous" m'échappent par réflexe mais heureusement personne n'y fait attention.

J'attendais cette séance et je sais qu'elle aurait pu m'amener encore bien plus loin.

Je suis frustrée par cet arrêt brutal et je ne peux m'empêcher de le dire à mon Maître, et encore j'ai eu la chance de jouir alors que lui non.

Il lance quelques mots taquins et vient me voir parfois me voir pour m'annoncer la suite "Je vous baiserai ce soir", oui mais ce soir nous ne serons pas seuls, notre chambre est pile poil en face de la chambre d'amis où vont dormir mes parents.

La soirée se termine, nous montons, la porte est fermée tout en restant entrouverte. Je me plie au rituel du soir. Je m'agenouille devant lui, les mains sur les cuisses, la poitrine offerte comme il le souhaite.

Il me passe mon collier, mes bracelets en cuir attachés aux chainettes et me demande de le rejoindre sur le lit. J'ai un oeil vers la porte qu'il me dit de laisser comme ça.

Il me demande si je me souviens de ce que ça fait d'être une poupée... Oh oui je m'en souviens ! Le servir comme il en a envie, il m'a déjà fait ressentir ce sentiment de n'être qu'une poupée, mal réveillée, pas assez préparée, la tête ailleurs, j'avais bougé sur lui sans ressentir de plaisir... sentiment étrange et perturbant que je n'avais pas aimé (pas d'être une poupée mais surtout de ne pas avoir de plaisir et de continuer quand même).

Il me lance un nouveau petit nom, ce que je vais être pour lui. Les petits noms j'en ai de toutes sortes, des softs comme soumise aux moins softs salope, chienne... et je vous en passe.

Ce soir je serai donc son "vide-couilles".

Ca je n'y étais pas préparée, mon côté femme est passé devant la soumise et je n'ai pas pu faire autrement que de me sentir humiliée d'être réduite à ça !

Il me demande de le baiser "Je vous interdis de vous arrêter tant que je n'ai pas jouis".

A califourchon sur lui j'essaie de digérer ce nouveau petit nom. Au lieu de me laisser l'absorber il me demande de lui répéter :

- Dites moi ce que vous êtes
- Un vide-couilles Maître.

Je dois le répéter à plusieurs reprises "je suis votre vide-couilles".

Il attend que je le baise alors je commence à bouger tout en lui répétant ce que je suis. Je change de position en appui sur les pieds, j'ouvre grands les genoux pour le voir rentrer et sortir de ma chatte, je monte et descends sur sa queue, je choisis le rythme.

Je ne pensais pas avoir de plaisir  et pourtant sans comprendre je suis très excitée malgré ce qu'il me fait dire. Je m'applique du mieux que je peux pour lui donner du plaisir, moi j'en ai plein, mon corps est moite mais lui reste impassible, pas de gémissement, pas de changement de souffle, à chaque fois que je relève la tête pour le regarder il me fixe comme pour me dire "alors appliquez vous mieux que ça".

Le plaisir se diffuse dans tout mon corps, j'ai envie de jouir mais il m'arrête.

Il fait passer les chainettes accrochées à mes bracelets et mon collier dans mon dos. Les chaines sont tendues, il me fait placer les bras d'une telle façon qu'à chacun de mes mouvements le collier me tire sur la gorge, je me sens comprimée, je continue de bouger jusqu'à ce que le sentiment d’étouffement soit trop fort.

Il me libère, ma chatte est trempée et sa queue fait une sortie de route "Pardon Maître" puis une deuxième "Pardon Maître".

"Si vous vous me faites sortir encore une fois je vous mets un doigt dans le cul, si je sors une deuxième fois je vous mets deux doigts, et si je sors encore vous aurez ma queue dans votre cul"

J'essaie de m'appliquer, de bien restée plaquée sur lui, il m'arrête à chaque fois que j'ai envie de jouir et lui semble toujours aussi impassible.

Je goûte la saveur de ma chatte sur sa queue pendant que son doigt s’immisce entre mes fesses parce que même si je n'ai rien fait pour le mériter et bien que je n'en avais pas envie c'est lui qui décide.

Je goûte à la saveur amère de son sperme qui me remplit la bouche.

Ce soir là j'ai dormi dans ma tenue de soumise, uniquement vêtue de mon collier de cuir. Ca faisait longtemps que ça n'était plus arrivé et je ne pouvais que le remercier de me faire dormir ainsi.

4 commentaires:

  1. Bonsoir ma petite marmotte,

    Mon Maître ne me menacerait jamais avec ce genre de menace, en 3 mouvements, je l'aurais fait sortir 3 fois pour avoir ce que je préfère lol mais je comprends que ça ne plaise pas ou que ça n'attire pas...

    Mon Maître ne m'a jamais appelée comme ça, mais je sais d'avance que l'effet serait différent sur moi... j'aime ce langage cru, vulgaire, ça m'electrise surtouts'il prend sa voix autoritaire ...

    Ton Maitre a de la chance de ne pas avoir une soumise comme moi, molle des jambes, il m'est malheureusement impossible de chevaucher comme ça à la force des jambes, ma "domina" ;) me le ferait payer je ne te dis que ça... ce n'est pas une drôle...

    Je te souhaite une bonne soirée.

    Bises
    Elenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel retard pour la réponse !

      J'espère que ton Maître sait la chance qu'il a de te prendre par derrière autant qu'il le souhaite ;)

      Ca n’est pas que j'aime pas, au contraire ça m'excite terriblement mais j'ai eu un problème de santé il y a quelques années et cette pratique me fait peur aujourd'hui, nous nous y sommes remis cette année mais parfois l apeur l'emporte.

      Très bonne soirée,

      Bises
      Anaëlle

      Supprimer
  2. Bonjour Anaëlle,

    Je rejoins Elenna, j'adore également ce langage, n'être qu'un objet au service du plaisir de mon Maître. J'adore quand il s'exprime ainsi, ça me mets dans tous mes états :-)
    J'étais très curieuse de savoir comment ton Maître allait finir cette journée avec tes parents dans les parages. Il est toujours aussi imaginatif et dominant ! Mes respects, Maître Phenix :-) (la porte entrouverte, who... je me serais liquéfiée de gêne !!)

    Très belle journée à vous,
    Amazone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Amazone,

      Je suis désolée pour ma réponse tardive. J'aime aussi ce langage cru, il m'excite beaucoup lors de mes moments en solo, ou même à deux mais sans savoir pourquoi cette fois là ça m'a "choquée".

      Mon maître est en effet plein de ressource, ça tombe bien car j'adore être surprise ;)

      Très bonne soirée,

      Bises
      Anaëlle

      Supprimer