Anaëlle, esclave de Maître Phénix, Carnet intime d'une Soumise

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles :

Entrez votre adresse e-mail (n'oubliez pas de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par e-mail)

Delivered by FeedBurner

vendredi 12 octobre 2018

Quand l'esclave prend Son pied...


Ce matin, je me sens plus sereine, nous avons passé un bon week-end, beaucoup d'amour, de bien être ensemble. Comme chaque matin c’est un peu la course pour se préparer, Maître ne part pas avant moi aujourd'hui et me dit qu'Il nous accompagnera à l'école. J'en suis d'abord contente, quelques minutes ensemble grappillées, puis lorsque je Le vois tripoter dans portable sans même lever un regard sur moi qui attends juste à ses côtés je fulmine. Ça m'agace. Je pars m'isoler dans la canapé, le manteau sur le dos. J'attends qu'il me rappelle, remarque mon absence mais rien. Je lui dis donc que ça n’est pas la peine de nous attendre et qu'Il peut aller travailler. Il ne comprend pas, pense que c'est parce que nous ne voulons pas le retarder. Je reviens près de Lui, toujours le nez dans ses mails, la colère monte et explose, je lui répète à nouveau qu'il peut partir, il me dit qu'il a plus de temps aujourd'hui sans comprendre que c'est son attitude qui me dérange et dans un sentiment de colère qui m'emporte je lui dis que nous passons certainement trop de temps ensemble puisqu'il a le nez dans le portable alors que nous ne voyons pas de la journée. Il me dit que non et que c’est pour cela qu'aujourd'hui Il va bosser de la maison. Je suis surprise, je ne m'y attendais pas, je me sens "nulle" d'avoir réagi de la sorte, aussi vite, ainsi à cette annonce je suis en larmes, à genoux devant Lui, dans ses bras, je m'en veux, et je grogne contre cette hyper émotivité qui est la mienne en ce moment.

Maître passe la matinée à travailler, nous nous retrouvons un peu avant midi pour me dire qu'Il m’emmène au restaurant et me rappelle qu'Il est avec Son esclave aujourd'hui. Mon large collier de séance vient se fermer dans ma nuque et nous prenons la route. Le restaurant est bondé mais je ne cherche nullement à cacher mon collier, au contraire, je me sens belle avec et si heureuse de le porter à nouveau,heureuse de voir que Maître allie le geste à la parole et qu'il a vraiment la volonté de se réinvestir dans notre relation.

Nous reprenons la route après le déjeuner. Vu l'heure avancée Maître me dit que nous n'aurons pas de séance l'après midi par manque de temps, j'imagine donc en avoir une plus tard dans la soirée. Je m'installe dans le jardin pour boire une tisane et profiter du soleil, à peine le temps de boire la moitié de la tasse que Maître me dit d'aller à la salle de bain et emporte ma tasse en me disant que je terminerai là bas. Il me demande de me déshabiller, de régler la température de la douche et place un loup sur mes yeux.

Je trouve très curieux de prendre une douche juste après le repas mais si telle est sa demande... A tâtons j'avance mes mains vers le flacon de gel douche et commence à me savonner, Il me dit de le faire à genoux. Je m'agenouille donc et passe le savon parfumé sur ma peau. Maître se dresse devant moi, je ne le vois pas mais comprends vite que la douche sera particulière. Je ne tarde pas à sentir un jet chaud couler sur mes épaules, mon visage, ma bouche ouverte. Il glisse ensuite son sexe entre mes lèvres et me baise la bouche, parfois trop profondément suscitant quelques hauts le cœur, je tousse, me retire, il reprend.

- Ici je m'en fiche si tu vomis, tu es das la douche.

Alors Il me prend la bouche encore. Mes genoux sont faibles, j'ai mal aux jambes, je ne tiens plus, j'ai beaucoup de mal en ce moment, j'ai des douleurs dans un genou depuis plusieurs semaines qui peinent à disparaître et j'en fais part à Maître.

- Mets toi assise.

Je m’assieds, fesses contre le bac de douche, le dos et la tête appuyés contre la paroi, les jambes repliées et écartées.

- Caresse toi.

Maître me pisse à nouveau dessus tandis que je me caresse, j'entends le cliquetis de mon désir.

Puis Il se saisit de la douchette et dirige l'eau sur mon visage, j'essaie de me contenir, de respirer calmement, puis il place sur mon nez et ma bouche un gant de toilette qu'il arrose avec le jet. A la première respiration il se plaque contre moi et j'ai l'impression de revivre cette séance du sac. Mais il y a l'eau, je crois que j'ai déjà pris de l'eau par le nez, ça me donne cette drôle de sensation dans la bouche, irritée, comme lorsqu'on boit la tasse à la piscine ou à la mer. C’est difficile pour moi, j'aimerais faire mieux mais je sens que j'ai encore d'énormes progrès à faire à ce niveau.

Parfois Maître joue avec l'eau, parfois il glisse son sexe être mes lèvres,  je me caresse, excitée par la situation tout en ayant le sentiment de ne pas la vivre assez, il faudrait presque que je m'imagine la scène pour tout ressentir plus intensément encore. Je me sens étourdie, la chaleur, la vapeur, l'espace exigu commence à me comprimer, ça fait longtemps maintenant que je suis avec ce loup sur les yeux, je m'imagine ainsi assise la tête appuyée contre la vitre, si vulnérable à ses pieds.

Maître vient me remplir, je crois reconnaître deux de ses doigts qui s'activent tandis que je me caresse. Il stoppe, puis reprend. J'ai envie de sentir Ses doigts, de les toucher, alors je descends doucement la main mais je n'y trouve pas ce que je cherchais.

Je suis profondément troublée, mon autre main rejoint la première pour épouser les contours de Son pied. Curieuse sensation que de toucher Son talon tandis que l'autre extrémité est en train de me pénétrer.

Je ne peux m'empêcher de penser à la propreté, Son pied dans ma chatte. Puis un grand sentiment de vulnérabilité s'empare de moi. Je me sens si petite, assise dans un coin, juste bonne à être baisée comme bon Lui semble. Il ne daigne pas s'accroupir pour m'offrir Ses doigts et satisfait juste sa petite chienne à l'aide de Son pied. Je visualise la scène, tandis que mes doigts dessinent de petits cercles rapides et que ses va-et-vient me remplissent rapidement. Ça m’excite, terriblement, j'aime à ce moment n'être rien, qu'Il me traite ainsi et je jouis très fort autour de Lui

La suite se passera dans notre chambre où Maître utilisera on esclave pour Son plaisir.

Une séance forte en émotions, une volonté de Maître à me pousser dans l'inconfort,une fois de plus, des jeux de respiration. Un moment à deux qui fait du bien et qui sonne comme le retour annoncé du Maître.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire