Anaëlle, esclave de Maître Phénix, Carnet intime d'une Soumise

lundi 30 mai 2016

Impudique



Je suis depuis toujours très pudique. Aussi loin que je me souvienne je ne me suis jamais montrée nue devant une copine pas même dans ces vestiaires communs lorsque que nous allions à la piscine avec l’école.
Lorsque je vais chez le médecin je sors LE tee-shirt spécial examens, celui un peu trop grand tombant en dessous de mes fesses.  L’été à la plage je tire fréquemment sur le bas de mon maillot pour le réajuster comme si quelqu’un allait prêter attention à mes deux centimètres de fesses dévoilées si par malheur il avait un peu glissé.

Avec mon Maître c’est différent, je n’ai jamais eu peur d’être nue devant lui mais à force d’ordres il a nettement repoussé mes limites. J’en oublierai presque que le mot « pudeur » fait encore partie du dictionnaire. 

Je suis chacune de ses consignes, écartant outrageusement les jambes devant lui, le laissant regarder mon intimité autant qu’il lui plait et m’explorer. Je me tais et le laisse me photographier. Je m’exécute lorsqu’il me demande à 4 pattes d’écarter mes fesses et le pire c’est que j’en suis terriblement excitée.

Je sens que je n’ai plus rien à lui cacher, une totale confiance qui se traduit par une absence de gêne quel que soit l’ordre donné.

Il y a quelques jours alors que j’avais la tête posée sur ses genoux je lui ai demandé à quoi il pensait, il me semblait préoccupé.

      —     A des choses très cochonnes.
      —     Hum, dites-moi.
      —     Vous avez encore votre tampon ?
      —      ????? Oui, Maître.
      —     Assise sur le canapé, montrez-moi.

Je ne m’attendais bien évidement pas à ça, ça fait partie des choses que je ne partage pas. Et même si je savais mon tampon blanc comme neige  puisqu'il n'était là plus que par précaution, lui montrer me semblait délicat. Nos regards se sont croisés, il ne rigolait pas. 

J’ai choisi ma place et j’ai à cœur d’être une bonne soumise et de ne pas profiter que je sois sa femme pour contester ses ordres. J’ai donc ôté mon jean et ma culotte pour m’installer sur le canapé, les jambes largement écartées laissant apparaitre cette petite cordelette blanche qui aurait dû être cachée. Il m’a observé un moment avant de me dire

      —     Enlevez-le.

Nouvel échange de regards et après une brève seconde de réflexion j’ai fait ce qu’il m’a demandé. Nous avons attendu un instant, une minute, deux, plus ? Je ne sais plus très bien. Puis il m’a demandé de me rhabiller avec cette lueur de satisfaction dans les yeux.

Je lui avais démontré ma totale soumission, je lui avais donné ce qu’il attendait et au lieu de me sentir indignée j’étais simplement heureuse d’y être arrivée.

10 commentaires:

  1. Bonjour Anaëlle,

    Comme toi, encore sur ton blog :-)
    J'ai vécu la même chose avec mon Maître, une impudeur qui s'est installée d'une manière si naturelle.
    Mais le coup du tampon, wouha ! Je ne sais pas si j'aurais osé... J'admire ta soumission, elle est exceptionnelle. Et le fait que tu n'utilises pas ton statut d'épouse pour refuser la demande de ton Maître est juste magnifique. Il doit être fier de toi !

    Très belle journée,
    Amazone

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Amazone,

    Je ne pense pas que ma soumission soit exceptionnelle, pas encore. Je suis consciente que j'ai encore beaucoup à apprendre et qu'il me faudra encore me surpasser pour devenir celle que je souhaite être pour lui, celle qu'il veut que je sois.

    Mais tu as raison lire sa fierté après est une belle récompense qui encourage à toujours plus.

    Très bonne soirée,
    Anaëlle

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir petite marmotte,

    Bravo à toi, tu as bien su prendre sur toi, même si l'ordre n'était pas très ragoutant... je comprend le petit moment de flottement...
    Et oui, voir la fierté de notre Maître est une récompense qui nous pousse à toujours essayer d'aller plus loin, à nous battre contre nous même...

    Bonne soirée

    Bises
    Elenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elenna,

      Oui pas très ragoutant même pour moi lol. Mais le plaisir est ailleurs, après tout le tampon on s'en fout ce qui compte c'est ce partage et cette complicité plus forte que tout.

      Je te souhaite une très bonne journée,

      Bises
      Anaëlle

      Supprimer
  4. Je suis en effet très fier de vous petite Soumise.

    Mais je n'ai pas fini de vous pousser dans votre initiation....

    A très bientôt

    Votre Maitre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maître,

      J'aime Vous savoir fier de moi.

      Cette fierté, Votre soutien, la satisfaction retirée lorsque j'arrive à me surpasser pour Vous me donne envie d'aller toujours plus loin à Vos côtés.

      A bientôt,
      Votre dévouée Soumise

      Supprimer
  5. Anaëlle,
    Ceci n'est pas entré dans l'oreille d'un sourd .... nous irons donc plus loin...
    A bientôt!
    Votre Maitre

    RépondreSupprimer
  6. Maître,

    Je devrais peut être mesurer la portée de mes paroles mais j'ai toute confiance en Vous et je me sens si heureuse à Vos côtés.

    Je Vous aime,
    Votre Soumise

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour...

    Magnifique de découvrir au fil des articles cette relation si forte qui vous fait avancer superbement.
    obéir, et être heureuse de le faire, puis partager dessus et au travers de vos échanges dans les commentaires, ressentir ce positif qui vous entraîne. C'est beau, c'est raconté avec simplicité et sincérité et ça me ravit, personnellement.
    Humbles salutations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie pour votre assiduité et vos nombreux commentaires qui me font redécouvrir ces articles presque oubliés.

      Vous verrez que parfois il y a eu des périodes plus compliquées mais nous les avons surmontées et aujourd'hui encore je ressens ce même plaisir à Le servir et à Lui obéir.

      Je vous souhaite à nouveau une très belle soirée,

      Bien à vous,
      Anaëlle

      Supprimer