Anaëlle, esclave de Maître Phénix, Carnet intime d'une Soumise

jeudi 24 novembre 2016

La cire...



Suite à notre dernière séance mon Maître m'a demandé d'écrire un article sur la cire, qu’est ce que j'aime, qu’est ce que je n'aime pas, qu’est ce que je ressens...

Ca fait tout juste un an que j'y ai goûté pour la première fois. Le jour n'a probablement pas été choisi au hasard par mon Maître et quoi de plus normal que de sortir une bougie le jour d'un anniversaire. Une goutte, une deuxième, un mélange de sensations partagée entre peur, plaisir, chaleur, picotement.

Cette découverte m'a donné envie de recommencer mais j'ai vite compris que cette bougie n'avait de basse température que le nom. Même en tentant d'éloigner la bougie, je trouvais ces gouttes bien trop chaudes pour les apprécier, une grimace à chaque goutte. Mouais, bah la bougie c'est pas si formidable que ça.

En bonne soumise mon Maître m'a donné une fois le choix d'une récompense et devinez ce que j'ai choisi ? La bougie ! Oui !! Mais pas sur moi, sur lui ! Bien que réticent il a accédé à ma demande. Imaginez mon Maître sur le ventre, et le pouvoir de la soumise à califourchon sur lui tenant entre ses mains la fameuse bougie rouge allumée. J'ai joué comme il l avait fait avec moi, éloignant ou rapprochant la bougie de son corps. Un avantage tout de même cette cire se nettoie vraiment très facilement, elle n'accroche pas à la peau et une fois débarrassé j'ai pu découvrir son dos rougi (oui c’est bien chaud !). Mon Maître n'a pas été convaincu non plus.

Le bâton rouge a trouvé une nouvelle utilisation en début d'année. Lors d'une séance, allongée sur le dos, les yeux bandés mais en mode intriguée je me suis surprise à essayer de regarder sous le bandeau (promis c'était exceptionnel !), je ne distinguais pas grand chose si ce n'est la lumière orangée de cette bougie  qui faute de bougeoir avait pris place dans ma chatte avec un mouvement de va et vient c'était très fort et vraiment très très excitant.

Nous nous sommes depuis réconciliés avec les bougies, laissant tomber les basses températures pour des bougies traditionnelles, basiques, blanches et sans parfum (il convient bien sûr de tester la température avant de l'utiliser).

Nous avons d'abord commencé avec des bougies type chauffe-plat, j'ai ainsi pu découvrir la sensation d'un filet de cire, du plaisir à sentir ce liquide chaud couler sur  mon corps, la sensation n'a rien à voir avec du goutte à goutte. Mais quelle misère pour nettoyer, ça accroche à la peau, ça ne s'enlève pas à sec, je n'ai donc rien trouvé de plus efficace que de me laver au gant de crin (et là pas besoin d'avoir d'être fessée pour avoir la peau écrevisse).

Mon Maître m'en verse un peu plus à chaque fois. Lors de la dernière séance, j'ai compris pourquoi il avait allumé des bougies, pour le côté romantique mais pas que ! Alors que j'étais en train de me caresser avec mon jouet, yeux bandés, j'ai senti la cire couler sur mes seins. J'ai tout de suite su qu'il ne s'agissait pas des petites bougies habituelles. D'environ 3 cm de diamètre pour 5/6 cm de haut, la cire s'était accumulée dans le photophore depuis le début de notre séance. Elle était plus chaude qu'à l'accoutumée, pas insupportable mais plus chaude quand même. La sensation de ce ruisseau chaud est exceptionnelle, assez indescriptible, même si je pense que je grimace lors du contact sur ma peau. Les yeux bandés le ressenti est amplifié, le fluide très liquide coule sur la peau, comme de l'eau donnant l'impression qu'il y en a beaucoup. Mon Maître avait plusieurs bougies à sa disposition, il m'a demandé d'écarter grand les jambes, j'étais crispée, j'avais peur, peur qu'il déverse ce liquide sur mon clitoris, que ce soit trop chaud (ce petit endroit est quand même bien plus sensible), j'imaginais déjà le nettoyage impossible, regrettant d'avoir négligé une épilation correcte et laissé une touffe de poils. J'ai tenté de refermer les jambes pour me protéger puis vient la voix de mon Maître demandant de les écarter faute de quoi elles seraient attachées. Mais fermer les jambes est un réflexe.

Etre attachée aurait pu être une solution, de facilité dont je ne voulais pas, j'ai donc écarté les jambes apeurée. Finalement la cire ne s'est déversée que sur mes seins formant une coque rigide. La cire a monopolisé toute mon attention et m'a fait délicieusement jouir. Et bonne nouvelle celle-ci se nettoie facilement :)

Alors pour Vous Maître, voici en quelques mots ce que je pense de la cire :

J'aime la sensation envoûtante de la cire qui se répand sur mon corps, sentir cette vague chaude est incroyable même si elle me fait parfois peur (d'être brûlée)

J'aime que Vous m'en mettiez un peu plus à chaque fois. J'ai envie d'en avoir plus encore, avoir mes fesses recouvertes de cire par exemple, que vous orniez mon corps de couleurs...

Notre dernière séance m'a fait sentir votre puissance mais aussi ma peur. Recouvrir mon intimité de cire m'a réellement terrifiée, curieuse peut être, envie de m'offrir encore plus à Vous, d'aller plus loin mais aussi freinée (peur des conséquences). Si un jour vous décidez prévenez moi pour que je puisse à minima faire une épilation adaptée ;)

Je fais un petit edit aujourd'hui, au lendemain de mon anniversaire, pour Vous remercier pour notre séance imprévue et ce marquage à la cire pour la première fois les yeux ouverts.

Les sensations sont différentes Maître, oui je sais à quoi m'attendre et par conséquent il n'y a pas la surprise et le même ressenti qu'avec le bandeau. Je me suis trouvée plus résistante, j'ai aimé vous voir tenir cette grosse bougie, y voir la lueur orangée lécher la cire pour la rendre liquide et voir ce filet dégouliner doucement jusqu'à ce qu'il entre en contact avec ma peau, voir  mon ventre, mes seins blanchir et disparaitre sous une épaisse coque de cire. Un moulage de mes seins avec l'empreinte de mes pointes emprisonnées dont je me souviendrai longtemps.

Merci Maître

4 commentaires:

  1. Bonsoir ma petite marmotte,

    la cire ça peut être super bon comme tout le contraire, tout comme toi, je trouve que les basses températures n'en ont que le nom, surtout les dernières que l'on a acheté... la 1ere (qui a un sale caractère) était bien plus agréable. Quand on a la bonne bougie, sur le sexe, c'est un régal, tu peux te laisser faire sans peur, personnellement j'adore :) mais il faut dire que je n'ai pas de peur par rapport à mes poils n'en ayant pas, ça aide lol

    en tout cas, je suis contente pour toi que tu aies eu le droit à tes bougies pour ton anniversaire :)

    Je te souhaite une bonne soirée

    Bises
    Elenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me voilà en mode intriguée, je passe d'hyper crispée à l'idée qu'il verse la cire à cet endroit à la curiosité d'essayer (même je suis sûre que le stress et la peur reviendront le cas échéant)... mais dans ce cas une boule à zéro s'impose lol

      Si tu persistes dans les bougies basses températures celles d'abc plaisir ont l'air de vraiment l'être (mais je n'ai pas testé).

      Bises
      Ta petite marmotte

      Supprimer
  2. Un anniversaire sans bougie!?! Ce n'était pas possible
    Quel plaisir de mouler vos seins dans la cire ... et d'y poser mes mains (bon ok il y a pas besoin de la cire pour aimer ça!!!) pour sentir la chaleur de la cire hummmm
    Au fait, Soumise, si vous aimez tant ceci, il va falloir regarnir votre stock ....
    Je vous aime Soumise

    Votre Maitre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je repense souvent à cette séance Maître, à chaque fois que je passe dans la chambre et que j'y vois les moulages de mes seins négligemment laissés sur la commode.

      Ne Vous inquiétez pas pour le stock, je m'occupe du réapprovisionnement la semaine prochaine et je choisirai des bougies bougies de couleur.

      Je Vous aime Maître,
      Votre Soumise

      Supprimer